Un article fort sympathique repéré aujourd'hui dans la presse. J'étais partie pour mettre en route mon perfect blogger's outil number 3 (numérisateur), mais je veux être sure qu'il soit bien lisible. Alors j'échauffe mes petits doigts et je me lance :

"Si le dauphin est un animal mythique qui, dès le Moyen-Âge, servait de symbole aux sages souverains du Dauphiné, c'est qu'il y a une raison. Probablement celle de la bonté particulière de cet animal, de sa proximité avec l'humain, aussi.
Voici trois semaines, près des côtes du nord-est de la Nouvelle Zélande, Rob Howes et trois autres maîtres-nageurs qui s'entraînaient à 100 mètres de la plage se sont trouvés entourés par des dauphins.
"Ils ont commencé à nous regrouper tous les quatre, en effectuant des cercles de plus en plus serrés autour de nous", explique Rob, qui a rapidement réalisé la raison de ce ballet inhabituel. Un grand requin blanc de 3 mètres de long, aux dents acérées et à l'appétit féroce, cinglait, patibulaire, vers le groupe.
"J'ai simplement reculé. Le squale n'était qu'à environ 2 mètres de moi, et je pouvais le voir distinctement (et réciproquement d'ailleurs, ndlr), l'eau étant aussi claire que du cristal, j'ai réalisé aussitôt que les dauphins ne cherchaient qu'à nous protéger", dit Rob.
Entouré par ce cordon sécuritaire pendant 40 minutes, les nageurs ont pu ainsi échapper aux dents du requin.
Un chercheur local, le Dr Rochelle Constantine, n'est pas surpris : "les dauphins aiment aider ceux qui sont sans défense".


Alors je pense aux nombreux dauphins, qui se font prendre, pas très loin de chez moi, dans les mailles métalliques hautement résistantes des filets dérivants des pêcheurs industriels (pitié, arrêtez le massacre !). Je peux vous raconter aussi de cruelles traditions qui perdurent (notamment aux îles Féroé et au Japon), mais je veux pas gâcher l'heure du dîner. Plus tard, donc.