"Sur tous les continents et dans tous les océans s'allument des signaux d'alerte" : Jacques Chirac dressait lundi le cadre de la conférence sur la Biodiversité, réunie par l'Unesco, qui se tenait toute la semaine à Paris. Puisque les culpabilisantes commérations, année après année, des horreurs passées semblent faire davantage la Une des médias que le désastre qui se produit actuellement, sous nos yeux, jour après jour, je vais ici en remettre encore une couche.

Lu dans la presse, donc, mardi dernier.

"Le tableau est alarmant, marquant un recul accéléré de la diversité des espèces vivantes, et donc des ressources vitales de la planète. C'est vrai en particulier dans les milieux forestiers, agressés par la déforestation.
La Liste Rouge de l'Union Mondiale pour la Nature dénombre 15 589 espèces menacées d'un risque d'extinction : 1 mammifère sur 4, 1 oiseau sur 8, 1 amphibien sur 3. C'est vrai bien sûr pour la Méditerranée, mer qui abrite la plus importante biodiversité : pour 0,82% de la surface des océans, elle abrite 8 à 9% des espèces marines, indique une étude de C.N. Bianchi de l'Université de Nice.
En Méditerranée française, 10 espèces marines légalement protégées sont menacées : le mérou brun, dont la pêche est interdite jusqu'en 2007, la posidonie, qui forme des prairies et n'existe qu'en Méditerranée, l'oursin diadème, qui a presque disparu, sensible à la pollution , la datte de mer, dévastée par l'homme qui la poursuit à l'explosif dans les roches, la patelle géante ou arapède qui a disparu des côtes françaises hormis la Corse, la grande nacre, la grande cigale, la tortue caouane, décimée par les sacs en plastique, le phoque moine, réfugié en Grèce depuis 1975.
Enfin, les cétacés sont victimes des sacs en plastiques, des filets maillants et de pollutions par métaux.
7 autres espèces marines méditerranéennes sont aussi menacées d'extinction sans être protégées : l'algue du trottoir victime des hydrocarbures, la cystoseire (algue)victime des détergents, [...], l'hippocampe, le corail noir, les porcelaines, les tritons et tonnes, grands gastéropodes victimes des plongeurs et du chalutage.
4 des 5 zones de biodiversité européennes sont représentées dans l'hexagone : régions alpine, continentale, atlantique, méditerranéenne. Cette richesse est mal protégée. Les parcs nationaux, la meilleure protection, ne représentent que 2,3% du territoire. Aucun n'a été créé depuis 1989 (c'était en Guadeloupe). Les projets pour la Guyane, la Réunion et la mer Iroise (en Bretagne) sont en gestation depuis des années. 'La France a le 3ème domaine maritime au monde, après le Canada et les Etats-Unis, mais n'a classé que 0,0001% en aire protégée marine', déplore Sébastien Moncorps, directeur France à l'Union Mondiale pour la Nature.
Paris accumule les retards dans la mise en oeuvre des réglementations sur l'environnement, au point d'avoir été tancée par Bruxelles il y a une dizaine de jours [...].
'Ce n'est pas la peine d'aller au bout du monde pour voir des espèces disparaître', dit S. Moncorps. Le phoque moine a disparu de la Méditerranée française en 1975. Le dernier bouquetin est mort dans les Pyrénées, côté espagnol, en 2002."

Si j'ai un voeu véritable à faire, puisque je vous rappelle que nous avons jusqu'au 31 janvier pour en formuler, c'est que nous ouvrions enfin grand nos yeux et nos oreilles sur la petite santé de notre planète. Alors effectivement, certains grands égocentriques doivent se dire "ouais bon, de toutes façons, quelque chose se produira certainement, mais nous ne serons plus là pour le voir..." Pas facile, hein, de garder le moral et de rester optimiste. Mais, j'y crois encore. Je crois à un sursaut de l'humanité. A grands coups de catastrophes peut-être. Mais j'y crois et j'en fais le voeu :    R E V E I L    L E S    G E N S   !