Presque un an que nous supportons ce spectacle, la poussière, le chaos des machines.
Les étages sortent enfin de terre. Les ouvriers, à leur rythme, s'échinent.
Finalement, une nouvelle végétation, décorative et clairsemée, prendra racine.
Vivement. Que tout cela se termine.

Betonniere_Volante

Pour Mémoire : billet du 6 juin 2007