07844089-photo-je-suis-charlie

Je suis descendue dans la rue mercredi soir et je descendrai dans la rue ce dimanche à 15 heures. Non pas à l'appel d'un parti ou d'un syndicat, mais spontanément, naturellement, solidairement, citoyennement. Au nom du respect des individus, des idées, de la pensée, de la liberté. Et je ne permettrai à personne de me coller une étiquette sur le dos ou d'interprêter/d'analyser mon acte sans connaître mes intentions. D'ailleurs, si les partis pouvaient avoir la bonne idée de rester discrets et en retrait, ça m'arrangerait énormément. A bon entendeur.

Mise à Jour du 16 janvier :

Néanmoins, néanmoins... qu'est ce que le respect des individus ? qu'est ce que la liberté ? où sont les limites ? y a-t-il des limites ? faut-il des limites ? faut-il ne serait-ce que se poser ce genre de questions ?

Il me semble évident que du bon doit ressortir de ce Terrible Jour, que chacun doit s'interroger, débattre, avec les autres mais avant tout avec soi-même. Il n'y a pas, je pense - j'en suis convaincue - de réponse-type, toute faite, formatée. Ce serait bien le comble ! A ce stade de ma réflexion, je ne peux que préciser que personne ne m'obligera à croire en ce que je ne crois pas. Hmm... est-ce bien grammaticalement correct ? Cela n'a guère d'importance ! Discutons, débattons, déchirons-nous sur des sujets sensibles, intimes, polémiques, avec des dessins ou avec des mots. Amis ou adversaires ou les deux en même temps. Chacun construira librement sa pensée, ses idées, ses opinions. Oui, là est la liberté et le respect des individus.

Mon Coeur est Grand et il est Empli de Tristesse... et d'Espoir.