Depuis que j'ai su écrire, j'ai écrit des poèmes. J'emploie le passé, parce que je n'en écris plus. Sur l'amour bien sûr, sur les chats (déjà), sur la vie, sur la mort (la "petite mort" amenée par l'amour).  Je commençais toujours par des brouillons, bien griffonnés (perfectionniste je suis), que je recopiais ensuite dans un joli cahier (le genre équipé d'une toute petite serrure pour une toute petite clé). Des copains et des cousines étaient venus y ajouter leur prose. Mon premier journal intime en somme. Je devais être âgée de 17 ans et j'ai eu envie d'ouvrir mon coeur et ma sensibilité à celle que je considérais alors, à juste titre (j'en reste convaincue), comme ma meilleure amie. Je lui ai donc prêté ce petit cahier. Quelques jours plus tard, une querelle stupide nous a séparées à jamais. Et je n'ai jamais pu récupérer mon carnet. Je ne me suis jamais remise de cette perte, de ce vol... j'ai pu, tout au plus, relativiser et me faire une raison. Ainsi va la vie.